Magazine des actualités et des tendances

Instagram et les tricheurs…

Instagram, vous savez, cette appli au petit logo carré multicolore ? Ce réseau social sur lequel vous avez intérêt à être présent, sinon vous passez comme carrément ringard aux yeux de la société !
L’appli a été lancée en 2010 aux USA et frôle maintenant les 1 Milliard d’utilisateurs actifs de par le monde.
A l’origine, cette appli appartenant à Facebook s’est présentée comme une plateforme qui permet le partage de photos et de vidéos. Bien que le concept ne soit pas nouveau, c’est une idée séduisante.

Cependant depuis trois ans, Instagram dérive de sa fonction première, à savoir le partage innocent et convivial de photos et vidéos entre proches.

Instagram est devenu un outil marketing.

En effet, pour de nombreux secteurs, mais surtout le secteur du blog lifestyle, la plateforme se prétend THE PLACE TO BE, à savoir LA plateforme de référence. Les pratiques de ce support marketing sont parfois plus que douteuses et controversées…

Naissance incessante de nouveaux comptes de « blogueurs » pas plus blogueurs que vous

Toutes les semaines, naissent sur la toile des nouveaux comptes Instagram de blogueurs.  Ce qui est quand même incroyable, c’est que 80% de ces « blogueurs » n’ont pas de blogs, entendre par là qu’ils n’ont jamais publié le moindre article lifestyle et clament à qui veut l’entendre à coups de hashtags qu’ils sont  #influencer, #publicfigure #lifestylebloguer.
Et comble du comble, ces inconnus « blogueurs non blogueurs » affichent un nombre de followers à faire rougir d’envie les authentiques blogs lifestyle qui eux se démènent pour apporter de l’info pertinente et tendance.  A peine 100 publications, mais déjà des milliers de followers. Imaginez-vous que certains comptes Insta’ (dites comme ça, ça fait plus tendance !) ont 2500 followers le lundi à 14h à leur actif, puis 35000 le lundi à 18h !

Et oui, moyennant un petit billet de 100€ parfois moins, les « faux blogueurs » s’offrent des dizaines de milliers de followers, s’achetant ainsi une popularité en quelques heures, là ou de vrais blogs lifestyle mettront 5 ans pour l’obtenir !

Si vous prenez le temps de jeter un œil à leurs publications, vous constaterez que cela ne vole pas très haut, avec des photos de mauvaise qualité, des textes bourrés de fautes, des traductions anglaises dignes d’un collégien de 6è ! Et pourtant, ce sont bien ces pseudo-influenceurs en toc dont on va parler sur la toile et qui se verront contactés par les annonceurs.

Pourquoi les « blogueurs bidon » pullulent sur Instagram ?

Le « blogueur bidon » qui affiche crânement 35 000 followers sans avoir écrit le moindre article n’est pas là pour vous séduire par son contenu de qualité. Il n’a qu’une idée en tête, que les 100€ investis lui rapporte au minima cent fois plus !
Et oui, dans notre société du fric à tout prix où l’honnêteté n’a plus sa place, où tout peut se vendre dès l’heure où il y a quelqu’un de suffisamment assez bête en face pour acheter, Instagram se pose bien là. La quête de followers à gogo par ces comptes bidon n’a pour unique but que d’attirer des annonceurs, des grandes marques qui, en échange, d’un petit « gros » chèque demanderont aux « blogueurs tricheurs »de vanter leur marque sur leur compte Instagram.

Ne soyez donc pas surpris si, sur le compte d’un pseudo blogueur de voyages par exemple, vous trouvez un placement de marque pour…une crème de jour au botox ! Ne cherchez pas à comprendre l’incompréhensible !
Ben oui ! Comment expliquer que ces « influenceurs bidons » fraîchement débarqués sur la toile avec leurs 35 000 followers en toc se voient approchés par les marques ?  N’y aurait-t-il pas un hic ? Si les followers sont bidons, le public est forcément bidon lui aussi, non ? Expliquez-nous…

Bien dommage que certains oublient que la popularité et la notoriété ne s’achètent pas, les deux s’acquièrent au fil du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.