Magazine des actualités et des tendances

Combien gagne un écrivain ?

Vivre de l’art et de l’écriture est le désir de beaucoup mais ce privilège n’est pas accordé à tout le monde : très peu d’écrivains ne peuvent subvenir à leurs besoins qu’avec le produit de leurs livres, beaucoup d’autres sont contraints d’exercer d’autres métiers en parallèle.

Le montant des gains d’ un écrivain est un fait très intéressant pour ceux qui aiment s’exprimer à travers leur plume et faire de cette passion leur métier. Être écrivain pourrait vraiment être le travail de rêve pour beaucoup de gens, mais nous devons comprendre s’il est possible d’en vivre.

Il faut partir de l’hypothèse qu’il n’y a pas de salaire fixe et qu’un calcul moyen du revenu réel ne peut être fait car la situation est très variable ; Cependant, il suffit de savoir que très peu sont ceux qui vivent de l’écriture seuls en France et dans le monde en général, nombreux sont ceux qui combinent cette activité avec d’autres professions pour subvenir à leurs besoins.

Mais il est également vrai qu’il y a ceux qui y arrivent et qui font même de leur passion leur gagne-pain.

Gains

Pour confirmer les données négatives sur l’exercice de cette profession est une enquête, le Digital Book World et Writer’s Digest Author Survey, qui montre que la plupart des écrivains gagnent moins de 1 000 $ par an alors que le pourcentage de ceux qui gagnent plus de 100 000 $ est supérieur à marginal. Voyons combien une maison d’édition peut payer en moyenne l’avance pour la publication d’un livre :

  • une petite maison d’édition : maximum 1 000 euros ;
  • une maison d’édition moyenne : entre 500 et 4 000 euros.
  • un gros : entre 3 000 et 10 000 euros.

Enfin, il y a très peu d’ éditeurs en France qui correspondent à des chiffres à partir de 5 000 euros et peuvent se permettre de monter même beaucoup en fonction de la notoriété initiale de l’auteur.

Crise éditoriale

Les facteurs qui ont conduit à la défaite totale du secteur de l’édition sont nombreux et parmi ceux-ci on trouve également la crise qui a réduit de moitié la capacité d’achat des lecteurs forts ; par contre il est bon de considérer que le livre n’est plus au centre de la scène culturelle et du divertissement mais doit diviser la scène avec beaucoup de contenus gratuits disponibles en ligne.

Une méthode pour publier un livre le plus rapidement possible est celle de l’autoédition qui s’est progressivement installée, offrant une opportunité aux jeunes écrivains de se faire connaître ainsi qu’une opportunité de gain immédiat sans avoir à passer par un éditeur traditionnel : mais cette outil, il a également contribué à la fragmentation des ventes en raison du grand nombre de produits sur le marché.

Situation française

Dans une enquête datant de 2010, il est clair que « l’ écriture ne paie pas » et que même alors sur un total de dizaines de milliers d’auteurs seulement moins de 1% vivaient de leur propre écriture avec des ventes qui dépassent les 100 000 exemplaires par an et que c’est pour cette raison qu’ils parviennent à obtenir de la maison d’édition des chiffres entre 100 000 et 400 000 euros avant même la parution .

L’enquête a mis en évidence trois catégories d’écrivains : les meilleurs, les nouveaux venus et les écrivains moyens. Selon l’article, les nouvelles entrées pourraient tenter de stipuler un premier contrat avec une grande maison d’édition entre 5 000 et 7 000 euros avec des pourcentages de droits allant de 5 % à 8 % ; tandis que pour les écrivains moyens, l’avance estimée était d’environ 50 000 euros.

En France, par conséquent, la plupart des auteurs sont contraints d’effectuer d’autres travaux en parallèle de l’écriture et ce n’est que dans de rares cas que ces tâches sont liées à la culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.