Magazine des actualités et des tendances

Comment développer ses photos ?

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles on peut décider de développer soi-même ses photos. Il y a tout d’abord un avantage financier à le faire. Certes l’acquisition du matériel nécessaire représente un coût initial à prendre en compte, mais par la suite, le développement revient à seulement 2 ou 3 euros ce qui est extrêmement intéressant. L’autre raison pour laquelle certaines personnes choisissent de développer et de tirer leurs propres photos est bien sûr d’intervenir sur l’ensemble du processus de création de la photo, ce qui permet de jouer avec la lumière, les contrastes et les couleurs encore plus qu’en réalisant seulement la prise de vues.

Le développement

La première étape consiste à passer du rouleau de pellicule extrait de l’appareil après la prise de vues aux négatifs. Cette étape se décompose en cinq actions qui toutes se déroulent à l’abri de la lumière dans ce que l’on appelle une chambre noire :

  1.     Le pré-mouillage : comme son nom l’indique, cette phase consiste à mouiller la pellicule afin de l’humidifier et de s’assurer qu’elle soit à bonne température pour la suite du développement.
  2.     La révélation : À l’aide d’un produit chimique appelé « révélateur » et d’une cuve de développement, on fait apparaître l’image sur la pellicule. Si, par malheur, de la lumière vient toucher la pellicule à ce moment-là, l’image est instantanément détruite. C’est pourquoi, on passe tout de suite au troisième point.
  3.     Le bain d’arrêt : Ici, il peut s’agir d’un produit chimique acheté en magasin, mais certains photographes utilisent tout simplement de l’eau vinaigrée. Ce bain permet de nettoyer le liquide révélateur et de préparer la pellicule pour la dernière phase du développement.
  4.     La fixation : Et finalement, on fixe définitivement la pellicule afin qu’elle ne réagisse pas et ne noircisse pas lorsqu’elle sera exposée à la lumière.
  5.     Le rinçage : Dernière phase très importante, on rince abondamment la pellicule pour la nettoyer de toute trace de produit chimique. On change l’eau plusieurs fois et on rince pendant environ 5 minutes pour s’assurer de ne pas avoir de mauvaises surprises par la suite.

Avant de commencer le tirage, il faut ensuite laisser sécher la pellicule aussi longtemps que nécessaire. Les photographes débutants ont tendance à précipiter cette étape tant ils veulent commencer les tirages. Ne commettez pas cette erreur ! Plus la qualité sera bonne, plus vous pourrez la retravailler par la suite avec des effets.

Astuces et précisions

Comme mentionné plus haut, le bain d’arrêt peut, pour limiter les coûts, être remplacé par de l’eau vinaigrée. Sachez aussi que l’agent mouillant de la première étape peut se résoudre à une goutte de liquide vaisselle. Par contre, le révélateur et le fixateur sont des achats incontournables.

Toutes les opérations citées dans cet article se réalisent dans une cuve de développement dont il existe différents modèles : certains contenant une seule pellicule, d’autres deux. Avant de quitter le magasin, vérifiez bien que les spires sur lesquelles vous allez venir enrouler vos pellicules se trouvent bien à l’intérieur de la cuve !

Dernier petit ustensile à vous procurer avant d’entrer dans la chambre noire : un décapsuleur ! C’est en effet le moyen plus simple que l’on connaisse pour ouvrir le boîtier de la pellicule. N’oubliez pas ce détail et bon développement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.