Magazine des actualités et des tendances

Comment reconnaître un bon film d’enrubannage ?

La qualité des films d’enrubannage ne constitue pas souvent une priorité pour les agriculteurs. Pourtant, il est important d’en tenir compte pour effectuer un enrubannage plus efficace. Nombre de couches, diamètre, épaisseur, longueur, couleur, il existe un large choix de modèles. Il peut ainsi être difficile de comparer et de choisir face à la diversité des options. En général, c’est le prix qui fait plus la différence que la qualité. Puis, les fabricants y vont de leur argumentaire. Et l’absence d’informations précises induit parfois les agriculteurs en erreur. Nous faisons donc le point sur les différents critères à prendre en compte. Vous pourrez ensuite choisir le bon film enrubannage en toute connaissance de cause.

Le nombre de couches

Lorsque vous achetez un film d’enrubannage, vous devez tenir compte du nombre de couches de film indiqué par le fabricant. En principe, ce type d’équipement se compose de 5 couches. En fonction du nombre que vous choisissez, vous pourrez assurer une excellente protection lors de l’enrubannage. En effet, le film permet de protéger efficacement le fourrage contre l’oxygène, tout en le conservant au mieux.

L’élasticité

Le marché propose différent taux d’élasticité des films d’enrubannage. Pour réussir l’opération, vous devez idéalement opter pour un film étiré jusqu’à 70% avant l’enrubannage. Faites attention, il existe des modèles de moindre qualité qui sont pré-étirés de 50 à 55%. Ils peuvent vous faire réaliser plus d’économies en longueur et filmer plus de balles. Mais leur qualité reste souvent à désirer.

La résistance

En matière de film d’enrubannage, la résistance à la rupture et aux perforations est très importante. Le modèle que vous choisissez doit être suffisamment résistant afin de mieux protéger les balles lors de l’enrubannage et du transport. Quoi qu’il en soit, il est aussi nécessaire d’être minutieux lors des manipulations, même si le film est parfaitement solide. De préférence, n’utilisez que des outils adaptés à la manutention des balles. Comme exemple, il faut éviter d’utiliser une pince rectangulaire pour déplacer des balles rondes.

L’adhérence

L’adhérence du film est d’une grande importance pour encourager la fermentation du fourrage. Si vous optez pour un modèle de mauvaise qualité, l’adhérence peut rapidement diminuer pendant la saison chaude. En revanche, un film de bonne qualité va épouser les balles en toute saison. Ce qui expulse l’air plus facilement et favoriser la fermentation.

La couleur

La couleur du film constitue également un élément à ne pas négliger. En général, il en existe quatre.

  • Le blanc permet au fourrage de moins chauffer. Mais il faut noter que c’est une couleur qui attire les insectes, au risque d’inciter les oiseaux à perforer les balles. Puis, il est plus difficile de l’intégrer dans le paysage. D’ailleurs, les films d’enrubannage de couleur blanche sont interdits dans certains départements.
  • Le noir a la réputation de chauffer le pourtour de la balle. Il peut ainsi caraméliser une couche de fourrage. C’est une couleur qui réduit la valeur énergétique du fourrage, n’empêche que les vaches en raffolent du fourrage caramélisé.
  • Le vert s’intègre parfaitement dans le paysage, qu’il soit clair ou foncé.

Le prix

Le prix d’un film d’enrubannage dépend principalement de sa couleur. Souvent, le film noir est le moins onéreux de tous. Le vert foncé et le blanc sont aussi assez abordables. Le plus cher est le film vert clair.

Pour plus de conseils, n’hésitez pas à contacter l’équipe de Trioplast. En plus de vous accompagner dans votre procédé d’enrubannage, elle peut aussi vous proposer des films de haute qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.