Magazine des actualités et des tendances

Evna : le nouveau réseau social médical aux accents prometteurs

Lancée le 8 décembre 2021 par la société Héphaïstos, cette application a pour ambition de créer un univers de liberté et de sécurité pour les patients atteints de cancer, en cours de traitement, chroniques ou guéris.

Evna est la première application lancée en France dans laquelle les patients atteints de cancer et les soignants peuvent créer leur groupe privé de soutien émotionnel. Il est désormais disponible sur Google Play et l’App Store.

Derrière ce lancement se cache Mohamed Chérif Haidara, le fondateur de Héphaïstos. Il répond à nos questions

Comment décririez-vous le projet “Evna“ ?

 « Le principe de l’App s’articule autour du thème de la connexion et du dialogue pour réduire le sentiment de solitude, souvent associé au parcours difficile d’un patient atteint de cancer, en dehors des établissements de santé, et vu les attentes suscitées par l’annonce de l’application, nous avons décidé de l’étendre à toutes les maladies ».

Il suffit d’un téléphone portable et d’une connexion internet pour contacter et discuter avec d’autres patients ou soignants qui se trouvent dans le même hôpital, près de chez eux ou même dans un pays. L’application Evna dispose d’un filtre qui permet de sélectionner les patients et les soignants d’une maladie / pathologie spécifique afin qu’ils partagent leurs pensées, leurs sentiments et leurs préoccupations.

« L’App facilite le partage et l’échange d’expériences, d’informations et de suggestions ou même la simple comparaison et le confort dans un environnement hautement empathique, construit par la communauté elle-même, basée sur une équation simple :  » il n’y a personne qui peut mieux comprendre que quelqu’un qui vit la même expérience que vous ». »

L’objectif principal de l’application Evna est que les personnes gravement malades ou celles qui s’occupent d’elles, disposent d’un canal de communication leur permettant de faire face à la situation qu’elles vivent accompagnées et de se sentir mieux émotionnellement.

Essayons de nous mettre de l’autre côté d’un malade du cancer ! Du côté de sa famille, du côté des parents, maris, femmes, frères et enfants. Tous les sujets qui se retrouvent subitement dans une situation qui a bouleversé l’immobilité de leur vie, qui en plus de les obliger à se réorganiser pour assister le proche dans la vie de tous les jours, les a fortement investis d’un point de vue psychologique.

 « Le but est que les personnes gravement malades ou celles qui s’occupent d’elles aient un canal de communication pour qu’elles puissent faire face ensemble à la situation »

Ils se sentent seuls, non préparés, ont besoin d’aide pour trouver un équilibre qui leur permette d’interagir positivement avec le patient. On pense peu à l’angoisse des familles autour. Il faut faire plus attention :

«Dans une famille, la maladie de l’un est la maladie de tous»

Bien sûr, la famille peut travailler en équipe, être unie pour se soutenir et agir de la meilleure des manières, mais cela ne suffit pas ! Même les amis ne suffisent pas. Nous aurions besoin d’un soutien, d’une aide qualifiée pour ne pas que les pères, les mères, les enfants, les frères se sentent pas seuls. Le médecin peut le faire mais aussi une application comme Evna devrait faire quelque chose de plus structuré avec des consultations ad hoc et des helpdesk.

Actuellement, il n’existe pas d’applications similaires qui relient les patients avec d’autres patients et les soignants avec d’autres soignants.

L’émotion et l’attitude affectent-elles la guérison des maladies ?

Comme l’ont montré des recherches, l’isolement social augmente jusqu’à 30 % le risque de souffrir.

La solitude touche plus de 60 000 personnes atteintes de cancer qui vivent seules en France, selon la Ligue Contre Le Cancer. Il est courant que les patients atteints de cancer présentent une détresse émotionnelle et des symptômes anxieux et dépressifs.

Notre mission est la lutte (à notre façon) contre le cancer en dirigeant les efforts de la société française pour réduire l’impact de cette maladie et améliorer la qualité de vie des gens.

Pendant le confinement, la situation est plus compliquée, c’est pourquoi il est primordial de recourir à des groupes de soutien, même à distance, aussi bien pour les patients que pour les soignants pour partager leurs peurs, leurs sentiments et leurs inquiétudes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.